Immeuble Porter/McKinley

Credit: Sean Marshall

ENCORE UNE DÉMOLITION PAR VOIE DE NÉGLIGENCE

L’immeuble Porter/McKinley, un bâtiment du patrimoine désigné qui appartient à des intérêts privés, abrite une des dernières salles d’opéra intactes en Ontario. Il est en voie de se détériorer après des années de manque de soins. L’infiltration d’eau pourrait bientôt compromettre cette construction de la fin du 19e siècle.

Solide structure dominant une intersection du centre-ville, l’immeuble est un atout potentiel dans le cadre des efforts de revitalisation entrepris dans cette municipalité rurale. Cependant comme les propriétaires sont décidés à vendre sans investir dans des réparations et comme les normes du bâtiment ne sont pas mises en application, l’avenir de ce bien est menacé.

Pourquoi c’est important

Construit en 1878, ce magnifique immeuble commercial constitue un angle d’une importante intersection de la rue principale de Ridgetown. L’extérieur en brique et la corniche ornée restent largement intacts, tout comme l’intérieur des deux étages supérieurs, qui sont inoccupés.

Au troisième étage se trouve une des dernières salles d’opéra subsistant en Ontario. Cette œuvre architecturale rare et marquante possède encore ses hauts plafonds et ses angles en double-courbe essentiels à une acoustique propice à la riche sonorité d’un opéra. La scène, les rideaux, la menuiserie et la peinture sont toujours là. Il n’y a que les sièges qui ont été enlevés.

Le bâtiment est désigné en vertu de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

La menace

L’immeuble Porter/McKinley, propriété d’un couple du Michigan, est à vendre depuis longtemps. Même s’il est solide, il a souffert d’années de manque de soins. Un éminent spécialiste de la restauration a appelé au remplacement du toit d’ici un an. Pour le moment, des feuilles de plastique disposées au troisième étage empêchent l’infiltration d’eau dans le reste du bâtiment. Des débris et du plâtre recouvrent des sections du plancher.

Les propriétaires sont décidés à vendre et ne veulent pas investir dans des réparations, tandis que la municipalité n’insiste pas sur le respect des normes du bâtiment.

La situation actuelle

Des défenseurs du patrimoine ont fait examiner le toit par une entreprise réputée de restauration de toitures, et ont demandé de l’aide pour procéder à d’autres analyses architecturales dans le cadre du programme Heritage Works de l’Architectural Conservancy of Ontario. Un plan d’entreprise est en préparation, prévoyant la constitution d’un organisme sans but lucratif qui chercherait du financement et achèterait le bâtiment. Ces initiatives exigent toutefois du temps et de l’argent, deux ressources rares dans le cas de l’immeuble Porter/McKinley. La municipalité doit en faire plus que simplement fixer une plaque patrimoniale sur la façade : elle doit commencer à appliquer ses propres normes du bâtiment.

Le cas de l’immeuble Porter/McKinley a été présenté par l’organisme Heritage Chatham-Kent.

 

Lieu : Chatham-Kent, ON

Palmarès des 10 sites les plus menacés : 2010

Situation actuelle: Sauvé

Restez à l’affût des dernières nouvelles, recevez notre infolettre.