Parc Lansdowne

Credit: Rob Huntley

UN HÉRITAGE PUBLIC CÉDÉ À RABAIS

Le conseil municipal d’Ottawa a voté en faveur d’un plan controversé de réaménagement du parc Lansdowne, un bien public situé dans le centre d’Ottawa le long du canal Rideau, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Deux éléments font débat : le choix de procéder sans appel d’offres alors qu’un site d’une telle complexité et d’une telle valeur historique aurait certainement justifié le recours au processus ouvert et concurrentiel qui est normalement de mise; et l’affectation d’environ le quart du site à des promoteurs privés pour un complexe à usage mixte résidentiel / commerce / vente au détail qui est incompatible avec l’histoire et le patrimoine de ce parc de 142 ans.

Le projet laisse de nombreuses questions importantes sans réponse sur les plans des finances et de l’urbanisme. Il risque aussi de compromettre l’avenir d’au moins un des deux bâtiments patrimoniaux désignés du parc.

Pourquoi c’est important

Le parc Lansdowne est un espace public de 37 acres au cœur de la capitale du Canada, dans un endroit de choix sur le bord du canal Rideau, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Dans ce qui est peut-être le plus important lieu public de la partie centrale de la ville se trouvent deux bâtiments patrimoniaux désignés : le pavillon Aberdeen (lieu historique national datant de 1898) et le bâtiment de l’Horticulture (1914). Il y a également un stade de football vieillissant rattaché à un grand aréna / espace d’exposition (le Centre municipal).

Depuis 1868, le parc Lansdowne a accueilli de grandes manifestations des domaines de la culture, du divertissement et du sport. Les résidents et les visiteurs y ont afflué initialement pour des expositions agricoles et industrielles d’envergure provinciale ou nationale. La liste des manifestations s’est allongée avec les années, englobant des activités sportives et récréatives (parties de la Ligue canadienne de football et de la Ligue de hockey de l’Ontario, ainsi que soccer et curling) et des activités sociales et culturelles telles que ventes d’artisanat, marchés d’agriculteurs, salons commerciaux et concerts de rock.

La menace

Le parc Lansdowne s’est détérioré dans les dernières décennies, et a grand besoin de revitalisation.

En juin 2010, le conseil municipal a voté en faveur d’une proposition non sollicitée et controversée de réaménagement en partenariat avec l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG). En vertu de cette décision, environ le quart du parc public sera cédé à l’OSEG pour des projets du secteur privé.

Ce qui suscite la polémique est l’affectation de quelque 300 000 pieds carrés à un usage mixte commerce / vente au détail et à la construction d’immeubles résidentiels à haute densité qui pourront avoir jusqu’à 12 étages, qui sont incompatibles avec l’histoire et le patrimoine de ce parc de 142 ans.

L’aménagement proposé obstruera les points de vue sur le pavillon Aberdeen, un lieu historique national, qui sont protégés par une servitude protectrice du patrimoine. Il exigera aussi le démontage et le déplacement du bâtiment de l’Horticulture, qui bénéficie d’une désignation municipale, pour faire place à un stationnement résidentiel. Pourtant, un des aspects importants au caractère patrimonial du bâtiment est sa relation physique au pavillon Aberdeen qui lui est adjacent.

La situation actuelle

Le plan de réaménagement du parc Lansdowne est extrêmement controversé. Des citoyens, des organisations locales et des élus ont exprimé leur opposition à la cession de parties du parc pour des projets privés commerciaux. Ils ont du reste soulevé des questions sur la viabilité financière du plan et de l’incidence potentielle pour les commerces voisins. Le groupe local Patrimoine Ottawa fait son possible pour coopérer avec la ville afin de défendre les attributs patrimoniaux du parc Lansdowne, mais il n’a pas été consulté officiellement. Jusqu’à présent, les énoncés des impacts sur le patrimoine culturel qui sont exigés en vertu d’une déclaration de principes provinciale n’ont encore été rédigés pour aucun des deux bâtiments du patrimoine désignés.

Le cas du parc Lansdowne a été présenté par l’Association communautaire du Glebe.

 

Lieu : Ottawa, ON

Palmarès des 10 sites les plus menacés : 2010

Situation actuelle: Sauvé

Restez à l’affût des dernières nouvelles, recevez notre infolettre.