Centrale Électrique Rossdale

Credit: Jack Clark

La ville d’Edmonton est rebutée par le coût de la remise en état du site industriel désaffecté, et envisage de révoquer sa désignation patrimoniale puis de le démolir.

Pourquoi c’est important

Occupant une place de choix sur le bord de la rivière Saskatchewan Nord en aval du centre-ville, la centrale électrique Rossdale a été désignée comme ressource historique provinciale en 2001 – après que le propriétaire de l’époque EPCOR Utilities Inc. avait demandé l’autorisation de la démolir en partie. La centrale comprend trois structures distinctes mais interreliées : la centrale basse pression, y compris la salle des turbines et la salle des chaudières; le bâtiment de l’administration; et le poste de pompage no 1. Construits entre 1931 et 1954, ces bâtiments sont des témoins de l’histoire de la production d’électricité à Edmonton et en Alberta. Le complexe est la plus grande construction de brique et d’acier subsistant à Edmonton, et la seule centrale électrique de cette période et de cette taille en Alberta.

La menace

Depuis quelques années, la ville d’Edmonton a fait grand cas d’une centrale Rossdale réhabilitée comme étant au cœur de son prestigieux projet de centre des arts et de la culture en bord de rivière. EPCOR a cédé la centrale à la ville au printemps 2013. Maintenant, la ville regimbe à la suite d’un rapport selon lequel il faudrait 4,5 millions de dollars de réparations immédiates uniquement pour stabiliser l’ensemble, puis 87,3 millions de dollars pour mettre à jour les bâtiments et le site de 1,8 hectares en vue de recevoir des locataires commerciaux. La ville envisage ouvertement de demander la révocation de la désignation patrimoniale provinciale, puis de démolir la centrale. La centrale ne bénéficie pas de désignation patrimoniale municipale.

La situation actuelle

Tandis que certains ont lancé l’idée de laisser la centrale telle quelle, comme ruine industrielle, des défenseurs du patrimoine pressent la ville de maintenir la désignation patrimoniale provinciale et d’affecter les fonds voulus pour stabiliser les bâtiments – pour laisser le temps d’élaborer un projet de nouvelle vocation. Le ministère de la Culture de l’Alberta a dit qu’il ne sanctionnerait pas la révocation de la désignation avant que toues les options aient été étudiées. Un rapport supplémentaire sur la viabilité d’une réhabilitation de la centrale est attendu en juillet. Le conseil municipal prendra ensuite une décision sur son sort.

MISE À JOUR 2014: En août 2013, le conseil municipal a voté à l’unanimité en faveur d’un investissement de 3 millions de dollars pour stabiliser la centrale Rossdale, sur une période de 10 ans. Il a toutefois reporté toute décision sur l’avenir à long terme du site, demandant aux administrateurs municipaux de préparer un modèle de financement et une stratégie à long terme et de les présenter dans un an. Les défenseurs du site ont accueilli la décision comme une excellente première étape en vue de sauver la centrale.

Les travaux de stabilisation du toit et des murs extérieurs de l’immeuble ont commencé au printemps 2015. Auparavant, le conseil avait voté pour organiser une séance spéciale consacrée à l’examen des diverses propositions visant le site. La date de la séance reste à déterminer.

Lieu : Edmonton, AB

Palmarès des 10 sites les plus menacés : 2013

Situation actuelle: Sauvé

Restez à l’affût des dernières nouvelles, recevez notre infolettre.