Quartier chinois de Vancouver

Quartier chinois de Vancouver – Une vague de développement anéantit un voisinage culturel unique.

 

Pourquoi c’est important

Le plus grand quartier chinois du Canada témoigne du rôle prépondérant que la communauté chinoise a joué dans le façonnement de Vancouver. Avant même la fondation de la ville en 1886, les immigrants chinois s’étaient établis dans le secteur des rues Carrall et Pender, formant une communauté très unie en marge de la société, aux prises avec les préjugés raciaux. Ces immigrants sont arrivés avec des styles architecturaux chinois, dont l’influence est ressentie dans l’ensemble du voisinage et au cœur même du lieu historique national. L’alliage des styles chinois et occidentaux confère au quartier chinois son cachet distinct, qui met en valeur des endroits comme l’édifice Sam Kee, l’édifice commercial le plus étroit du monde, et l’édifice Chinese Freemasons. Aujourd’hui, le quartier chinois continue d’être un pôle d’activités sociales et culturelles pour la communauté chinoise prospère de Vancouver.

La menace

Le développement continuel menace la structure physique de ce paysage culturel urbain d’importance nationale. Les lignes directrices de conception visant à conserver le caractère du quartier chinois sont souvent négligées et la hauteur des édifices a été dépassée considérablement. Parallèlement, la spéculation intense fait augmenter le prix des loyers et force les résidents de longue date à déménager, dont plusieurs sont âgés et au cœur de la riche identité culturelle du secteur. Sans un meilleur contrôle du nouveau développement et des efforts visant à soutenir les entreprises locales, le caractère unique du quartier chinois sera perdu.

Restez à l’affût des dernières nouvelles, recevez notre infolettre.