La maison Alexander Bridge

UN COMBAT CONTRE LA DÉTÉRIORATION

Trop souvent, les sociétés historiques et de conservation du milieu local – gérées le plus souvent par des bénévoles – sont soumises à la pression de sauvegarder les joyaux du patrimoine bâti au Canada sans pour autant disposer de l’important soutien financier des gouvernements à cette fin.

Roger Fitzgerald, président de la Chambre d’assemblée de Terre-Neuve‑et-Labrador, apporte l’explication suivante : « Par le passé, faute de vigilance, un trop grand nombre de structures au riche patrimoine historique sont disparues de notre milieu; nous n’avons pas su les préserver pour les générations de l’avenir. Il serait important de protéger la maison Bridge, témoin de l’époque où Bonavista était un important centre commercial; elle pourra ainsi servir de plaque tournante au district patrimonial que de nombreux résidents et groupes s’efforcent de préserver ».

Historique

Construite de 1811 à 1814, la Maison William Alexander (également appelée maison Bridge) est la plus ancienne propriété résidentielle connue de Terre-Neuve‑et-Labrador. Ce joyau du patrimoine de Bonavista subit cependant des dommages d’ordre matériel et environnemental à cause des nombreuses années de négligence et de détérioration. Depuis 1966, ce bâtiment jadis « photogénique » est demeuré hélas vacant et inutilisé par la collectivité.

Mise en valeur par une fondation de pierres naturelles, la maison William Alexander comporte des cheminées avec murs de pignon, un hall d’entrée et un tracé très symétrique. Située sur la colline Walkham, elle a appartenu à William Alexander. Ce dernier était parti d’Argylshire en Écosse afin de fonder une société de commerce (Alexander and Co.) à Bonavista. À sa mort en 1828, on l’a enterré dans le lot familial d’un vieux cimetière anglican à proximité.

En 1986, la fondation du patrimoine de Terre-Neuve‑et-Labrador (HFNL) a accordé à la maison William Alexander la désignation de structure enregistrée du patrimoine (Registered Heritage Structure). Elle a également débloqué des fonds d’urgence afin de stabiliser la maison et d’y installer un toit temporaire jusqu’à ce que la réhabilitation s’y poursuive. Toutefois, les réparations temporaires se sont par la suite détériorées, de sorte que l’eau a continué d’endommager la demeure.

Au dire de la mairesse de Bonavista Betty Fitzgerald : « La maison Bridge est une composante significative de l’histoire de Bonavista. Faute de la restaurer dès maintenant, il sera trop tard pour la sauvegarder à l’avenir ».

Dans l’espoir d’empêcher la démolition de la maison Bridge pour cause de négligence, la fondation du paysage urbain historique de Bonavista (BHTF) l’a achetée en 2001. Peu de temps après, la BHTF a retenu les services du cabinet d’architectes Sheppard Case Ltd. à Terre-Neuve afin d’achever le tracé de la structure « tel qu’il a été trouvé » pour ensuite envisager des options de conservation et de réaménagement. Grâce à l’aide de la HFNL et de l’ancien ministère des Ressources humaines et du Développement social du Canada, la BHTF a été en mesure de remplacer toute la sous-toiture détériorée par du pin et de remplacer les poutres pourries. Après avoir retiré les cheminées en décrépitude de la ligne de toiture, elle a démonté les lucarnes fragiles du troisième étage pour les ranger dans la demeure.

Afin d’empêcher que l’eau n’endommage davantage les fondations, le cabinet d’architectes a recommandé qu’on fasse des excavations autour du site pour y installer un nouveau système de drainage. Consciente des risques de dommages que cette procédure peut causer au site historique, la BHTF l’a reportée, le temps de procéder à un relevé archéologique. C’est finalement le gouvernement provincial, par le biais de son programme de développement économique et culturel (le CEDP) qui a procuré à la BHTF le financement nécessaire, de sorte que le relevé archéologique et l’installation des nouvelles canalisations auront lieu ce printemps.

Enfin, le président de la société historique de Bonavista (BHS) Gordon Bradley insiste sur le fait qu’il faudra en faire beaucoup plus pour sauvegarder la maison Bridge. « La maison Bridge nécessite d’importantes ressources pour sauvegarder sa structure convenablement puis procéder à la meilleure conservation et au meilleur réaménagement possibles. Pour la maison la plus ancienne à Terre‑Neuve‑et-Labrador, c’est bien la moindre des choses! »

Cette mise en candidature a été présentée par le Department of Innovation, Trade and Rural Development – Government of Newfoundland and Labrador.

 

Lieu : Bonavista, T.-N.-L.

Palmarès des 10 sites les plus menacés : 2008

Situation actuelle: Avenir prometteur

Restez à l’affût des dernières nouvelles, recevez notre infolettre.